GIBRALTAR

COMPAGNIE MARBAYASSA

13. Gibraltar (1).jpg

LE SPECTACLE

Parce ce qu’il n’y a pas de frontière que le désespoir ne puisse franchir, ils partent.


"Moi, je pars, je vais en Europe, réussir là où tu as échoué. Pourquoi tu es revenu ? Moi je ne reviendrai pas ! "
Salif, troisième fils de Sokina, rève d’Europe, de hip-hop, de fric facile, de belle bagnole, casquette vissée sur la tête façon visière arrière.
Insolent, peu respectueux des coutumes locales, il est en conflit avec la figure du pater familial, méprise le boutiquier du quartier qui, après avoir réussi à poser un pied sur le sol du rêve européen, a fait retour au pays des siens ne supportant plus l’exil.
Le père, lassé d’être agressé, entreprend de raconter par le menu sa longue et éprouvante épopée, les souffrances d’une errance sur les chemins de l’exil.

Fondée à Ouagadougou – Burkina Faso en 1992, la Compagnie Marbayassa est une des compagnies majeures du pays. Elle intervient en Afrique, en France, en Europe, en Afrique du Nord (Maroc) et évidement en Afrique de l’Ouest.
En 2016 elle a été élue Lompolo d’or (équivalent du "Molière") de la meilleure compagnie du Burkina Faso.


Pour les tournées en France, les frais de transport ne sont facturés qu'à partir de St Etienne.

Dossier de présentation : Cliquez ici
Bande annonce : Cliquez ici
Lien vers le site de la compagnie : http://compagnie-marbayassa.com

LE MONDE :

« L’initiateur de cette aventure, c’est le metteur en scène de la troupe.

Guy Giroud désigne sa peau blanche pour se présenter en un mot : Français.

Sa collaboration artistique avec la compagnie Marbayassa remonte à son amitié de longue date avec Hubert Kagambégam qui a fondé la troupe en 1996 à Ouagadougou. 

Animé par l’esprit d’échange interculturel  cher à Hubert Kagambéga, il propose aux comédiens des spectacles issus du répertoire français mais transposés au Burkina.

La danse et la musique traditionnelles burkinabé dessinent alors littéralement l’espace scénographique et les « tchip » bravaches surgissent au milieu de la langue de Molière. »

Quand une troupe du Burkina Faso joue son avenir au Festival de Théâtre d'Avignon, Le Monde, Le 23 Juillet 2015 - Lien vers l'article dans son intégralité : https://bit.ly/2QEa3uv

PROCHAINES REPRÉSENTATIONS 

 

Festival Avignon Off au Théâtre le Tremplin, Salle Molière - 8 Ter Rue Cornue, 84000 Avignon
Du 5 au 28 à 12h30 
Relâches les 9, 16 et 25 Juillet
Supplémentaire le 17 Juillet à 18h30

NOTE D'INTENTION

« L’initiateur de cette aventure, c’est le metteur en scène de la troupe. Guy Giroud désigne sa peau blanche pour se présenter en un mot : Français. Sa collaboration artistique avec la compagnie Marbayassa remonte à son amitié de longue date avec Hubert Kagambégam qui a fondé la troupe en 1996 à Ouagadougou. 

Après la mort prématurée de ce dernier, en 2010, les comédiens demandent à Guy Giroud de reprendre la compagnie ; il passe ainsi chaque année quelques mois sur place. Animé par l’esprit d’échange interculturel  cher à Hubert Kagambéga, il propose aux comédiens des spectacles issus du répertoire français mais transposés au Burkina. La danse et la musique traditionnelles burkinabé dessinent alors littéralement l’espace scénographique et les « tchip » bravaches surgissent au milieu de la langue de Molière. »

Quand une troupe du Burkina Faso joue son avenir au Festival de Théâtre d'Avignon, Le Monde, Le 23 Juillet 2015
Lien vers l'article dans son intégralité : https://bit.ly/2QEa3uv

EN PRATIQUE

À partir de 10 ans - Durée : 55 minutes

En tournée : 2 comédiens, 1 technicien 
Compagnie professionnelle basée au Burkina Faso
Déplacement facturés au départ de Saint Etienne 

En voir plus

DERVICHE DIFFUSION ©

Structure de diffusion de spectacles vivants

Adresse : 13, rue de Cotte - 75012 Paris
Bureaux & Courrier : 91 Bis rue Jean-Pierre Timbaud - 75011 Paris

Tina Wolters - +33.6.10.58.42.96

tina.wolters@dervichediffusion.com

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - Cercle blanc